La naissance des fermetures éclair

Illustration Molly

Il était une fois un humain, Ferdinand, qui s’était perdu dans un pays très froid. Il lui restait encore la force de marcher, mais il se demandait bien ce qu’il allait devenir, car le vent était puissant et glacial. Tout à coup, il aperçut une énorme bête marchant dans la neige. Il cria et il cria encore plus fort quand l’animal s’approcha de lui en gesticulant.

Continuer ma lecture

Twist et les idoles

Illustration Jean Yves Hubert

Le courant est apparu. Un soir après l’autre, dans la tranquillité des hameaux, les lanternes électriques se sont allumées et chacune a eu le temps d’avoir son histoire. Celle de la cour des Hourroux, fixée un bon mètre au-dessus de la porte d’entrée de la maison, se présentait sous la forme d’une grosse méduse en porcelaine frangée d’ondulations.

Continuer ma lecture

Une journée à Husavik

Illustration Rena Ortega

Parti de la capitale tôt le matin, Eliott découvre en début d’après-midi la baie de Skjalfandi au nord-est de l’Islande. Il a parcouru près de cinq cents kilomètres et traversé de grandes étendues sans arbres. Le voici maintenant tout près du cercle polaire. Tout en lui a envie de chanter avec le vent et la pluie. À croire que la route lui a rendu son enfance.

Continuer ma lecture

José de rien

Dessins : Brice Benedetti

Le mensonge avait été rondement mené. Il faut dire que Marie-Banderilla, après soixante-quinze ans d’existence à préparer toutes sortes de mauvais projets, savait entrer en ébullition en gardant la voix ingénue et liquoreuse… Depuis l’élection d’un éleveur industriel à une mairie des environs, voilà qu’elle s’agitait davantage.

Continuer ma lecture

La naissance des bouches de métro

Illustration Molly

 

Il était une fois un balayeur et une petite souris qui s’aimaient beaucoup. Le jour, Igor nettoyait les trottoirs de Paris et Rébecca l’aidait de son mieux. La nuit… elle préparait les cadeaux des enfants qui venaient de perdre une dent et son ami lui apportait tout ce dont elle avait besoin. Ils dormaient peu. Rébecca se reposait quelques heures dans la poche de chemise d’Igor qui lui s’appuyait sur son vieux balai. Ils étaient heureux.

Continuer ma lecture

La naissance des yeux en face des trous

Illustration Molly

Illustration Molly

 

Il était une fois deux mésanges qui avaient construit, brindille après brindille, un nid dans un endroit formidable. C’était au cœur d’un chêne majestueux. Un arbre qui cachait dans ses branches, des petits trous d’eau à boire, chaque jour, avant le lever du soleil. Les deux amoureux s’y plaisaient beaucoup et la femelle avait pondu des œufs. Depuis, à chacun leur tour, ils couvaient. Leurs cinq œufs étaient un trésor. Un matin, des bruits secs les réveillèrent et quatre fois un oisillon apparut ! Quelle joie ! Chacun s’était servi de cette petite dent spéciale sur le bec pour percer la coquille ! Quel bonheur de voir quatre jolis petits arriver dans la vie ! Il ne restait qu’un seul œuf ! Il se faisait attendre.

Continuer ma lecture

La naissance des pieds de nez

Peintures  de Molly

Il y a très longtemps, dans un pays lointain, vivait un jeune prince qui avait très vite grandi. Il était beau, même si on ne voyait pas bien son visage, car il portait la tête très, très haute. Ses yeux, toujours plissés en direction de l’horizon, montraient bien qu’il n’aimait pas traîner dans l’aujourd’hui, et préférait regarder vers demain. Ce prince aimait les choses importantes et il était toujours pressé.

Continuer ma lecture

Les petits bras des sardines

 

Il est trop tard… pas le temps de se préparer un vrai repas… j’attrape la clé, la languette de cette conserve… Ça tourne… mais qu’est-ce qui se passe ? Les écailles me tombent des yeux et, un bras sort de la boîte ! Oui, un bras bien dessiné, athlétique et miniature. Un bras de sardine, je ne savais pas que ça existait ! Au bout : une main qui m’aide fermement à enrouler le couvercle. Et… quatre poissons, courant sur leurs bras qui vont ouvrir tous les robinets à fond… ils ne me bousculent pas, pourtant la peur me prend, sans doute parce qu’on n’est pas du même monde.

Continuer ma lecture

Les bottes d’Inés

Illustration Brice Bénédetti

Galgos, Podencos, chiens des réhalas, votre maigreur est une déclaration et votre malheur est si ancré que trop souvent l’espoir ne vient plus dans votre regard. J’ai tenté, avec quelques mots dilués dans une histoire ordinaire, de dire ce que vous subissez, ce crime peu commun… Mais, avant, je voudrais vous demander pardon, au nom des autres humains, pour tout ce mal qui vous est fait…

Continuer ma lecture